De la nutrition à la performance

Parfois négligée, la nutrition s’impose aujourd’hui comme un moyen incontournable d’améliorer ses performances. La nutrition est-elle différente de la nutrition du sportif ? Comment appréhender les matchs ? Comment savoir si l’on parle de diététique ou de nutrition ? Or-jeu est parti à la rencontre de Léonore Duchez, spécialiste de la nutrition du sportif et joueuse à Anglet en NF2. De la nutrition à la performance, plongez au cœur de conseils pour améliorer votre jeu en mangeant… Pour ne plus jamais être Or-jeu ! 

Est-ce la première fois que tu lies nutrition et basket féminin pour une interview ?

Alors non ce n’est pas ma première interview où je lie les deux, mais la plupart du temps on me parle quand même essentiellement du côté sportif et la nutrition est abordée « en surface »

J’ai vu que tu travaillais dans la nutrition du sport, pourquoi ce choix ?

J’ai passé le DU nutrition du sportif option performance à Clermont-Ferrand en 2018, et j’ai renforcé mes connaissances en 2019 avec une formation sur la micro nutrition du sportif. Un choix qui était pour moi une évidence avec le double projet que je mène depuis mes études entre sport et diététique – l’alimentation pour moi, c’est 50% de la performance d’un sportif donc autant s’y pencher un peu dessus !

Dans le basket féminin, doit-on parler de diététique ou de nutrition ? Quels sont les différences et les apports ?

Souvent on ne sait pas la différence entre nutritionniste et diététicienne d’où le fait que toi-même dans ta question tu ne mets la diététique au même niveau que la nutrition.

Le terme nutritionniste n’est pas réglementé, tout le monde peut être nutritionniste ou coach en nutrition. Un(e) diététicien(ne) est une personne qui a fait plus de deux ans d’études dans la nutrition, c’est un(e) spécialiste de l’alimentation. Alors dans le basket féminin ou ailleurs pour moi, je parle de nutrition de ce avec quoi vous allez vous nourrir pour être performant ou tout simplement être en bonne santé. Je parle très peu de diététique, c’est un terme qui fait « peur » et qui a une connotation péjorative pour beaucoup de personne, mais en soit il n’y a pas de différence !

Existe-t-il des différences entre un basketteur et une basketteuse en terme de nutrition ? 

Si l’on veut être très précis, il y a des différences entre les basketteuses et les basketteurs mais aussi entre les basketteuses. Chaque corps à des besoins différents en fonction de son métabolisme de base qui est lui-même dépendant de la quantité d’entraînements, de leur intensité, de l’âge, de la taille, du poids, de la densité musculaire de la sportive… Alors oui, il y a une différence d’apport globalement entre un homme et une femme. Un homme est en général plus grand avec une densité musculaire plus importante ce qui va augmenter ses apports, mais en terme de qualité nutritionnelle on est sur la même chose.

Peux-tu nous expliquer comment tu travailles avec une joueuse type ? Quels sont les avantages à une bonne alimentation ?

Je vois les joueuses en consultation individuelle, je pars de sa taille, de son poids, de son âge et surtout de ce qu’elle mange et de ses habitudes. J’essaye de rectifier son alimentation en collant au plus près de ses habitudes, de ce qu’elle aime et mettre en place un programme alimentaire pour atteindre son objectif. Le plus gros du travail est l’éducation alimentaire. On ne compte plus les avantages d’une bonne alimentation : réduction des blessures, réduction de la fatigue, optimisation de la récupération, meilleur sommeil, meilleure digestion …

À titre personnel, comment t’organises-tu les jours de match ? As-tu une routine alimentaire à conseiller aux joueuses ?

Je mange quasiment la même chose tous les samedis quand je joue à domicile. C’est plus compliqué en déplacement, je fais un petit-déjeuner complet et équilibré avec un repas le midi où la quantité est plus importante en féculents. Une collation 2h30 avant le coup d’envoi avec tous les nutriments nécessaires. Pour les matchs je prends une barre énergétique avec une bonne composition que je divise en deux, une moitié avant le match et une à la mi-temps tout ça avec une bonne hydratation ! Encore une fois, chaque cas est différent, il n’y a pas de routine type, mais le conseil que je peux donner, c’est de manger équilibré donc un peu de tout le jour du match et trouver une collation et un en-cas de match équilibré qui apportent du sucre « rapide « et du sucre « lent ».

On dit souvent que bien manger coûte plus cher, que penses-tu de cela ?

Bien manger ne coûte pas plus cher si l’on mange de saison, local, que l’on arrête d’acheter des aliments tout faits ou aller une à deux fois par semaine dans un fast-food ! Après oui certains aliments que je peux conseiller coûte un peu plus cher, mais c’est à la sportive de faire un choix et de décider de mettre un peu plus d’argent dans des aliments bons pour sa santé et ses performances.

Penses-tu que la performance est forcément liée à une bonne alimentation ?

Comme je l’ai déjà dit au-dessus oui la performance, est liée à l’alimentation et encore plus dans les sports « individuels » comme l’athlétisme par exemple ou les sports à catégories de poids où la stratégie alimentaire à vraiment un rôle majeur. Après encore une fois, le corps peut nous surprendre et certains sportifs s’alimentent mal et font de très bonnes saisons, mais pour perdurer au haut niveau, c’est une des clés !

Pour en savoir plus sur ce que Léonore propose, vous pouvez-vous rendre sur sa page Instagram ou sur son site internet. Des conseils pour manger mieux ! 

Questions décalées :

Être plus performante et mal manger ou être moins performante et mieux manger ?

Malheureusement, les coachs regardent les performances donc à contre cœur être performante et manger mal, mais vraiment à contre cœur ! 

Après un match : plutôt bière ou jus de fruit ?

Jus de fruit dans la demi-heure après un match pour recharger les réserves en glycogène sans calories superflues, mais une bière de temps en temps.

Parce que la santé se trouve aussi dans son assiette, c’est le moment de manger mieux. Merci beaucoup Léonore pour ces précisions. Parce qu’être joueuse ne signifie pas être passive, prenez votre vie en main pour vos performances de demain… Pour ne plus jamais être Or-jeu !

Vous avez d’autres questions ? Posez-les nous en commentaires ou sur nos réseaux sociaux !

#Orjeu

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.