De la NF1 à la NM1, en quête d’égalité…

19 mars 2021, un an après le début du premier confinement lié à la crise sanitaire de la COVID-19, la sentence tombe : pour la deuxième fois consécutive les championnats amateurs sont arrêtés. Nouvelle saison blanche, pas de monté ni de descente. Si cette décision semble être la plus juste pour une grande partie des championnats, une question reste en suspens. En effet, comment expliquer la différence de traitement entre la NF1 et la NM1 ? Si la NF1 est arrêtée depuis la fin octobre, la NM1, elle, continue sa saison. Alors oui, les salles sont vides, les contraintes plus fortes mais le basket lui est bien là pour la NM1 et à l’heure actuelle c’est déjà beaucoup… Oui beaucoup, beaucoup trop injuste ! Cette différence de traitement ne devant pas rester dans l’ombre, nous avons décidé de nous intéresser au sujet afin de mettre en lumière ces joueuses et ces clubs. Et pour cela, rien de mieux que de partir à la rencontre d’Aida Sow, joueuse de Colomiers en NF1. Elle a décidé de revenir avec Or-jeu sur son sentiment d’incompréhension. Si aucune réponse n’est apportée au sein de cet article, il nous semblait opportun de libérer la parole sur un sujet qui mérite toute notre attention. La place de la femme est-elle une nouvelle fois remise en cause ? De la NF1 à la NM1, en quête d’égalité… Pour ne plus jamais être Or-jeu !

Comment expliques-tu que le traitement soit différent entre la NM1 et la NF1 depuis l’annonce de la COVID-19 ? En effet, les championnats amateurs sont arrêtés, pourtant la NF1 est un niveau qui se professionnalise de plus en plus avec beaucoup de joueuses pro ou semi-pro. Selon toi, est-ce une forme de discrimination ?

Honnêtement, depuis le mois octobre j’essaie de trouver une explication rationnelle et à chaque fois, j’arrive au même stade : rien n’explique les différences de choix effectués par la Fédération entre la NF1 et la NM1.
Je ne dirais pas que c’est de la discrimination car c’est un mot fort de sens. Cependant, comment décrit-on une situation où deux groupes d’individus subissent des traitements différents alors qu’ils appartiennent à la même catégorie sportive ? Pour moi c’est une injustice…

Récemment tu t’es exprimée sur Twitter pour annoncer ton mécontentement ! Penses-tu nécessaire de donner ton point de vue sur les réseaux sociaux ?

 

tweet aida Sow

 

Nécessaire, oui et non. Ce n’est pas un malheureux petit tweet qui changera la donne. Mais j’avais envie par ce tweet, d’exprimer mon ressenti. Et d’ailleurs, je pense que beaucoup de joueuses de NF1 sont dans la même situation que moi. Depuis cette décision nous sommes toutes dans les mêmes conditions et je pense qu’il y a une certaine forme de solidarité entre joueuses de cette division.

Tu as eu l’occasion de jouer en LF2 avec Toulouse notamment : considères-tu qu’il existe une grande différence entre la NF1 et la LF2 ? Si non, cela te pousses-t-il encore plus à donner de la voix pour que la NF1 ait le même traitement que la NM1 ?

Je ne pense pas qu’il y ait de grandes différences si ce n’est que toutes les joueuses soient entièrement professionnelles. Il y a certains clubs de NF1 qui ont des structures permettant de rivaliser avec des clubs de LF2. Pour que  « certains clubs de NF1 » deviennent par le futur « tous les clubs de NF1 », il faut laisser cette division jouer pour qu’elle puisse encore continuer de se développer. Il faut également un soutien des instances fédérales pour que chaque club puisse se professionnaliser.

Aucune explication n’a été donnée pour expliquer la différence de traitement entre la NF1 et la NM1. Pour toi, que cela veut-il dire ?

Je ne sais pas trop ce que cela veut dire. Mais à vrai dire s’il y avait eu des raisons objectives, des explications auraient déjà été données depuis longtemps ! Je pense que même les instances ne savent pas réellement les raisons qui les poussent à ne pas nous faire jouer. Mis à part le fait qu’on soit un « championnat amateur » alors que les 3/4 des joueuses ont des contrats professionnels. Aujourd’hui, je parle au nom de l’ensemble des joueuses de NF1 qui s’entraînent tous les jours et font des sacrifices pour au final entendre sans cesse que leur championnat est amateur, c’est frustrant. C’est malheureux mais la NF1 n’est pas reconnue à sa juste valeur !

Penses-tu que le problème est uniquement financier ou plus profond au sein des instances décisionnelles ?

Honnêtement, je ne sais pas trop. Je pense que le problème est bien plus profond que ce que l’on pense même si l’aspect financier rentre un petit peu en compte. Notre société, malheureusement, est fondée sur des inégalités. Elles ne datent pas d’hier même s’il y a eu des efforts de fait, je l’accorde, il en reste beaucoup à faire pour que l’égalité que tout le monde prône soit enfin respectée. Des habitudes ont été prises, de ce fait, il est compliqué pour certaines personnes de les changer. C’est peut-être à cause de ça que les instances décisionnelles ne sont pas prêtes à mettre sur un pied d’égalité les femmes et les hommes et ça malgré les beaux discours fait le 8 mars…

La sentence finale vient d’être prononcée. La NF1 ne reprendra pas, saison blanche une nouvelle fois. Quel est ton premier sentiment ?

Colère ? Frustration ? Déception ? Plusieurs sentiments fusent mais le premier est bien celui de l’injustice. On en revient encore et toujours sur le même sujet. Pourquoi la NM1 peut-elle jouer mais pas la NF1 ? On ne saura jamais le pourquoi du comment. On a juste à continuer de s’entraîner, sur la piste bien sûr, car l’accès aux salles est interdit… Pour espérer reprendre en septembre prochain afin de ne plus être Or-jeu.

Questions insolites :

Jouer sans public ou ne pas jouer du tout ?

Jouer sans public, même si sans le public le jeu est différent.

Egalité des sexes ou égalité de traitement ?

L’égalité des sexes amènera forcément à l’égalité de traitement.

 

Merci Aida, merci d’avoir été la porte-parole de tout un championnat féminin. Fières de mettre ce sujet en lumière pour toutes celles et ceux travaillant dans un club NF1.              

Au-delà de la décision, c’est l’incompréhension et le manque de communication qui laissent un goût amer. L’injustice, elle aussi, semble être dure à accepter. Pour autant, nul doute que dans un futur proche la NF1 retrouvera toute sa légitimité pour briller sur tous les terrains.

En attendant, nous souhaitons apporter notre soutien à l’ensemble des clubs amateurs dans cette période difficile. Nos pensées sont également pour les partenaires, bénévoles, joueuses, joueurs, dirigeants, coachs, supporters.

Pour que la situation s’améliore afin que nous ne soyons plus jamais Or-jeu !

Restez connectés.

Une question ? Contactez-nous !

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.