Corinne Benintendi : la fidélité comme maître mot

Le sport de haut niveau est souvent synonyme de mobilité récurrente. Et le basket féminin ne déroge pas à la règle. Pourtant, il existe des exceptions comme Corinne Benintendi, pour qui s’ancrer dans un club, une ville, est indispensable pour développer un projet cohérent aussi bien sportif qu’humain. Celle que l’on connait aujourd’hui comme étant l’entraîneur du BCMF (Basket club Montbrison féminin en LF2) a connu le haut niveau en tant que joueuse. Elle a même côtoyé l’équipe de France à 48 reprises de 1984 à 1992. Retour sur la fidélité comme maître mot avec Corinne Benintendi… Pour ne plus jamais être Or-jeu !

Après Challes-les-Eaux de 1998 à 2009, Montbrison de 2013 à aujourd’hui. Est-ce une réelle volonté de s’inscrire dans la durée dans les clubs que vous rejoignez ?

Je peux entraîner dans un club uniquement si je m’inscris dans un projet à long terme. J’avais la même démarche quand j’étais joueuse de haut niveau. Pour moi, l’essentiel dans un projet sportif reste le côté humain. Rencontrer des dirigeant(e)s qui ont une vision en adéquation avec le projet sportif que je veux mettre en place ; qui ne peut exister que sur du long terme selon moi. L’importance n’est pas le niveau dans lequel nous évoluons mais plutôt la qualité du projet du club.

C’est d’ailleurs assez rare pour le souligner. Comment expliquez-vous que vous réussissez à vous imposer comme une figure indispensable pour un club ?

Je pense être née pour entraîner. J’ai parallèlement une formation de professeur d’EPS que j’ai réussi en même temps que je jouais à haut niveau. Mon expérience de joueuse de haut niveau m’a servi dans les attentes à avoir envers les joueuses et le club. Du coup, cela ne me dérange pas de prendre des clubs qui sont à plus bas niveau pour les faire monter jusqu’au meilleur niveau (de NF3 à la Coupe d’Europe avec Challes-les-Eaux, de LF2 à la Coupe d’Europe avec le Hainaut et de NF2 à LF2 avec Montbrison). Pour moi, cela reste du basket et mon seul principe est de m’adapter au niveau des joueuses et de les faire progresser chaque année pour élever le niveau de jeu de l’équipe.

Est-ce dans votre ADN de mener les équipes vers l’excellence, notamment du niveau amateur au niveau professionnel ?

J’ai toujours été un leader en tant que joueuse. Je pense que cela se reproduit dans mon statut de coach. Je suis quelqu’un de très exigeant envers moi-même mais également envers les autres car on ne peut, selon moi, réussir que dans la rigueur et le travail, en ajoutant le plaisir de s’entraîner. C’est ma ligne de conduite de regrouper ces trois termes au quotidien. Il est vrai qu’il est rare de voir une femme avec autant de caractère mais je pense que c’est ce qui m’a permis d’arriver au haut niveau et d’avoir des résultats.

Selon vous, quels sont les avantages et les inconvénients de travailler sur la durée avec un club ?

Les avantages sont de pouvoir imposer ses idées sur le long terme et non pas d’être sous la pression des résultats. C’est aussi la possibilité de pouvoir connaître la structure du club, aussi bien professionnelle, qu’amateur, en passant par les bénévoles. Le long terme permet aussi de créer du lien social, voir même des amitiés et pour moi cela n’a pas de prix.

Pour ce qui est des inconvénients, je dirais uniquement le fait de tomber dans une routine si tu n’es pas capable de te renouveler. Or pour ma part, j’attache une très grande importance à l’innovation en faisant référence au plus haut niveau possible. Je ne ressens donc pas cette lassitude.

Quelles similarités retrouvez-vous entre Challes-les-Eaux et Montbrison ?

Le côté familial. Les clubs de Challes-les-Eaux et de Montbrison sont très axés sur le côté familial même en atteignant le haut niveau. Je pense notamment au partage après-matchs, aux repas entre dirigeants, mais aussi aux fêtes avec le club entier ou encore les déplacements. Je pense que ce côté familial est très important et c’est aussi ce qui me fait rester sur le long terme dans un club.

Enfin, je voudrais rajouter qu’au niveau des deux clubs j’ai eu une entière confiance de la part des dirigeants dans mes choix techniques et tactiques. C’est une grande chance pour un coach d’avoir cette liberté.

Pensez-vous qu’il est possible d’être coach aussi longtemps dans une équipe masculine ?

Cela peut arriver, mais cela reste assez rare je pense. Si on regarde Nanterre, le coach est présent depuis longtemps. Mais il est vrai que plus on touche le haut niveau, plus la pression des résultats est présente. L’enjeu financier n’est pas le même surtout du côté masculin.

Questions insolites :

Challes-les-Eaux ou Montbrison ?

Montbrison car je ne vis que dans le moment présent. C’est aussi un lieu où je me sens bien et où je poursuivrai ma vie après le basket.

Réussite sportive ou réussite humaine ?

La réussite humaine ne peut être dissociée de la réussite sportive. Et la réussite sportive ne peut être dissociée de la réussite humaine. Au final, les deux sont en adéquation.

Si dans le basket masculin il est assez rare de s’inscrire en tant que coach dans un projet de long terme, Corinne Benintendi prouve qu’il est possible de le faire dans le basket féminin. Arrivée dans la Loire il y a bientôt 10 ans, elle a su mettre en évidence compétences humaines et sportives pour faire de Montbrison un club incontournable de la LF2. Merci pour ces mots, merci de prouver que le haut niveau et l’humain peuvent s’accorder quand la passion est là…Pour ne plus jamais être Or-jeu !

Et vous, que pensez-vous des personnes qui s’inscrivent dans le long terme ? 

Restez connectés.

Une question ? Contactez-nous !

3 Commentaires
  1. Une très grande dame du basket 🏀 français . Joueuse exceptionnelle et coach de haut niveau que j’ai eu le plaisir de de rencontrer lors de la saison 2018/2019 lorsque Montbrison était venu rencontrer mon club de la Glacerie en LF2 .
    J’ai depuis un petit faible pour ce club que j’encourage souvent par le biais des réseaux sociaux .

  2. Une excellente philosophie et un état d’esprit remarquable. En totale adéquation avec toutes les valeurs que j’aime dans le basket. Belle dame et bel article.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.