Chargé(e) de communication dans un club féminin : obligation ou médiatisation ?

On parle souvent des joueuses, des partenaires, des droits TV, mais quels impacts peuvent avoir les clubs dans la médiatisation du basket féminin ? Quelle place tient la communication et le marketing digital au sein d’un club professionnel à semi-professionnel ? Afin de réfléchir à la question, nous nous sommes rapprochées de Laura Dazols, chargée de communication au Toulouse Métropole Basket (TMB) évoluant en Ligue 2. Zoom sur « Chargé(e) de communication dans un club féminin : obligation ou médiatisation ? ». 

Comment expliquer que la digitalisation des clubs féminins ne soit pas encore ancrée sur tout le territoire ? Est-il indispensable que tous les clubs à partir de la NF1 aient un(e) chargé(e) de communication ?

A mon avis, ce retard est dû aux moyens limités des clubs. Avoir un(e) chargé(e) de communication n’est pas donné à toutes les équipes. Bien souvent, ce sont des bénévoles qui sont en charge de la digitalisation. Le temps accordé à l’aspect du développement ne peut donc pas être le même que pour un employé qui évolue à temps plein sur cette mission. La présence d’un(e) chargé(e) de communication est indispensable à partir du moment où l’équipe phare est semi-pro et joue la montée en professionnel et qu’il faut donc se créer de la visibilité pour ensuite subvenir aux besoins nécessaires à la survie sportive et financière du club.

Selon toi, quels sont les avantages pour un club féminin d’être présent sur internet ?

Le plus gros avantage, c’est qu’un club présent sur le net est un club vu. Au TMB, nous avons fait un constat intéressant: nous avons remarqué que c’est le premier pas qui est compliqué. Il y a beaucoup de préjugés sur les sports féminins : qu’ils ne sont pas assez physiques, pas assez rapides et donc moins intéressants. Avec ces idées en tête, on n’a pas forcément envie d’aller dans les tribunes d’un match. Il suffit pourtant qu’on vienne une seule fois pour se rendre compte que c’est du beau jeu et que ce n’est pas parce qu’il y a des filles sur le terrain que la rencontre est moins impressionnante ou l’émotion moins forte.

Au contraire, souvent les joueuses sont plus abordables et cela donne une toute autre dimension de l’attache affective que l’on peut développer à l’égard d’une équipe. En général, quand on vient une fois, on revient. Au TMB, on filme nos matchs en direct sur YouTube pour pouvoir montrer le vrai visage du sport féminin et donner envie aux spectateurs de vivre ces moments en tribune. Au-delà du public, cette présence sur le web, avec les différentes visibilités qu’elle propose, est également essentielle pour pouvoir obtenir de nouveaux partenaires qui sont indispensables pour la survie des clubs.

Comment expliques-tu que les clubs n’investissent pas ou peu dans la communication, le marketing et/ou l’événementiel ?

Je pense que d’une manière générale, la communication est sous-estimée, même si, avec la période actuelle, elle prend de plus en plus d’importance. De plus, embaucher un(e) chargé(e) de communication a un coût non négligeable et tous les clubs ne sont pas en mesure de le faire. Pourtant, c’est un métier et une tâche qui nécessite une implication assidue quotidienne. On assimile trop souvent la communication aux réseaux sociaux uniquement, hors c’est loin de n’être que cela. C’est un travail de polyvalence, c’est pourquoi elle est souvent couplée avec les parties marketing et les parties événementiel.

La crise sanitaire, a-t-elle selon toi fait changer les mentalités ?

Je ne sais pas si elle a fait changer les mentalités, mais en tout cas, elle a fait prendre conscience de l’importance du digital dans une entreprise. Encore plus pour nous, clubs sportifs. Au TMB, par exemple, les partenaires continuent pour beaucoup à nous suivre car nous avons toujours la visibilité à leur offrir grâce aux matchs que l’on filme et que l’on diffuse en direct. Même si ce n’est pas pareil, nous pouvons continuer la fidélisation du public également grâce aux images que l’on produit nous-même avec un prestataire vidéo.

Qu’est-ce que la COVID-19 a changé dans ta manière d’appréhender la communication ?

Très honnêtement, pas grand-chose. Cela m’a juste confortée dans l’idée que c’est un outil essentiel pour le développement d’une structure, notamment par le biais indispensable du digital. Il faut sans arrêt faire preuve de créativité et trouver comment se démarquer pour continuer de captiver l’attention. La crise a mis cet aspect beaucoup plus en lumière car, faute d’activité, les internautes étaient plus attentifs à tout ce que l’on pouvait proposer. Par exemple, pendant le premier confinement, nous avons offert des activités ludiques à nos fans via des « Paper Player » (collages de papier) à l’effigie de nos joueuses.

Est-il à la charge des clubs pro d’aider à la médiatisation du basket féminin à leur manière ?

Pour moi, oui et non. Bien sûr, les clubs pros, à leur échelle, peuvent tout mettre en œuvre pour que le basket féminin soit mis en avant dans les médias pour justement prouver cette légitimité qu’ils ont à être considérés comme clubs professionnels. Cependant, ils ne sont pas les seuls à devoir mener ce « combat ». Il faut qu’ils soient aidés par la fédération, par les collectivités et par les médias. Je reste positive face à cela, car on remarque que tous les acteurs se mobilisent de plus en plus et que le sport féminin commence à se faire une place dans le monde professionnel et cela même s’il est loin de rattraper son retard.

 

Merci à Laura pour son retour d’expérience sur la question d’un chargé(e) de communication, marketing digital au sein d’un club féminin. Si aujourd’hui le basket féminin mérite d’être sur le devant de la scène, les clubs par l’intermédiaire de spécialistes peuvent faire briller bien plus que leurs joueuses : un territoire, des partenaires et des valeurs propres. 

Et vous, appréciez-vous l’actualité liée à votre club féminin favori ? Quel club féminin réalise selon vous les meilleures communications ? 

Restez connectés. Pour ne plus jamais être Or-jeu !

Une question ? Contactez-nous !

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.