Caroline Hériaud : grande par les performances

« Tu n’es pas un peu petite pour jouer au basket ? »

« Ne t’inquiète pas le basket fait grandir. »

« Tu arrives à marquer ? »

« Tu es la plus petite de ton équipe non ? »

Qui n’a jamais entendu une de ces phrases ? Le règlement impose-t-il une taille normée ? Non, et pourtant pour beaucoup le basket DOIT être une pratique de « grande ». Que cela veut-il dire ? À partir de quelle taille faut-il considérer une joueuse comme « grande » ?  Pourquoi faut-il s’arrêter à une donnée ? Cette caractéristique est entrée dans les mœurs, si bien que lorsque ce n’est pas le cas, la joueuse est stéréotypée et moins prise au sérieux.

Et vous, préfériez-vous être grande par la taille ou par le talent ?

Du haut de son mètre 65, Caroline Hériaud s’impose aujourd’hui par son talent, son travail et son amour pour la balle orange sur la scène nationale et internationale. Zoom sur une joueuse où sa taille est définie par ses performances aussi bien dans le 3×3 que dans le 5×5. Comme elle, beaucoup d’autres joueuses symbolisent cette réussite, au delà des préjugés.

Merci Caroline de prendre le temps d’évoquer avec nous ce sujet, qui, pour toi est synonyme de quotidien. Parce qu’en parler c’est prendre position, c’est tenter de faire changer les choses… pour ne plus jamais être Or-jeu.

Considères-tu que ces remarques sont discriminantes ?

Je ne parlerais pas forcément de discrimination, mais je dirais plutôt que ces remarques sont des préjugés. On entend souvent ça quand on est “de petite taille” dans le milieu du basket mais une fois sur un terrain ces gens-là nous voient et changent d’avis, ils ne font plus ce type de remarques.

Est-ce pour toi une fierté de casser les tabous par rapport à la taille dans le basket féminin en jouant au plus haut niveau français ?

Oui bien sûr, ça n’a pas toujours été facile et ça a demandé d’autant plus de travail mais c’est une fierté de montrer aux jeunes joueuses que tout est possible dans le basket même pour les “plus petites”. 

Selon toi, le basketball favorise-t-il les grandes ?

Oui et non, enfin ça dépend…

Je dirais dans un premier temps oui parce que bien souvent, les critères pour les détections des jeunes sont basés en priorité sur la taille de la joueuse et donc certaines sont éliminées par défaut, juste à cause de la taille et pas du tout sur des critères de niveau de jeu…
Puis dans un second temps, non, pour moi le basketball est un sport tellement complet qu’il ne favorise personne car on a besoin de tout le monde pour monter une équipe performante. Chaque joueuse, peu importe sa taille peut apporter des atouts différents en fonction de sa place sur le terrain et de ses qualités. Quand on est connaisseur de basket on sait que pour faire une équipe on a besoin de complémentarité entre les joueuses de petite taille et les joueuses de grande taille.

Considères-tu que ce cliché est le reflet de la réalité en général ?

Non clairement pas, aujourd’hui on retrouve beaucoup de joueuses considérées de “petite taille” au plus haut niveau du basket français, que ce soit dans le basket féminin ou dans le basket masculin.
En plus, ces joueuses sont souvent des joueuses majeures dans leur équipe : je pense par exemple aux meneuses de jeu qui ont un rôle clé, de leader vis-à-vis de leurs coéquipières, mais aussi qui doivent d’un point de vue basket savoir gérer leur équipe.

Que penses-tu des personnes qui s’arrêtent uniquement à la taille d’une joueuse ?

Je pense que c’est dommage d’accorder autant d’importance à ce genre de critères, mais je pense surtout que ce sont des personnes qui ne connaissent pas le basket ! Et en général dès que ces personnes viennent voir un match de basket ils ne repartent pas avec leurs préjugés.

Est-ce que ta taille a été un frein dans ta progression ? T’a-t-on déjà dit que tu ne réussirais pas à cause de ça ?

Oui, surtout quand j’étais jeune. Je sais que pour toutes les sélections départementales et pour les entrées au pôle espoir les recruteurs ne se focalisaient à l’époque que sur les tailles des joueuses… Alors quand tu es une joueuse de petite taille il faut travailler 2 fois plus pour te faire une place.

Question insolite :

Les blagues sur les petites c’est plutôt : drôle ou agaçant ?

Ça peut devenir vraiment agaçant à la longue. Au début, je les prenais mal mais au fur et à mesure j’ai pris du recul, et je trouve ça marrant.

Chaque jour est l’occasion de réfléchir sur une thématique stéréotypée, parce qu’au final qu’on soit sur un terrain de basket, au travail, ici ou ailleurs, l’objectif est simplement de faire bien ce qu’on aime. Et je crois que sur ce point Caroline est l’exemple même de cette réussite.

Alors soyez toutes convaincues que vous êtes dans la cour des grands.

Restez connectés. Pour ne plus jamais être Or-jeu !

Une question ? Contactez-nous !

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.