Au détour de la médiatisation avec Laure Mercier

Pour cette première interview, nous allons aborder la question de la médiatisation avec la capitaine et meneuse de jeu du Pays Voironnais Basket Club : Laure Mercier. Originaire de la banlieue lyonnaise, elle revient pour Or-jeu sur la visibilité de sa discipline, l’évolution de la NF1, l’émergence du 3X3 ou encore l’arrivée de Tony Parker à la tête de Lyon LDLC Asvel féminin.  Bonne lecture !

Salut Laure, merci de répondre à mes questions aujourd’hui. Tu es la première joueuse à ouvrir le bal de ce nouveau média au féminin. J’en suis personnellement très fière. Pour commencer, que penses-tu de la médiatisation du basket féminin en France ?

On est encore assez loin de ce que nous, basketteuses on aimerait. Mais la médiatisation progresse, grâce à des médias comme le tien, grâce à des joueuses impliquées, des clubs qui se structurent. On va dans la bonne direction et ça évolue très vite.

Tu joues au Pays Voironnais Basket Club, dans un club  féminin penses tu que c’est un avantage pour briller ?

La lumière est forcément beaucoup plus sur nous. Les partenaires n’ont pas de choix à faire entre une section féminine et masculine, même si ça peut aussi en repousser certains. Pour moi ça reste un avantage car tous les moyens, les efforts financiers et humains sont faits uniquement pour nous.

Cela fait maintenant quelques années que le PVBC diffuse l’ensemble de vos rencontres en NF1 sur sa chaîne YouTube. Que penses-tu de cela ? Est-ce une fierté de pouvoir être un des seuls clubs à réaliser cette performance en interne ?

En toute humilité, je pense qu’on a de l’avance sur certains clubs pro en termes de visibilité (On a des progrès à faire sur plein d’autres choses :D) Nos matchs sont diffusés et commentés tous les week-end, où qu’on soit. Ça permet de fidéliser les gens, on sait qu’on n’est jamais seules, notre public est un peu avec nous. C’est une pratique qui se développe de plus en plus et c’est vraiment bien, mais c’est une fierté d’avoir été dans les premiers à le faire.

Le championnat NF1 dans lequel tu évolues se professionnalise de plus en plus. Qu’en est-il de ta situation personnelle ?

Ça fait maintenant 7 ans que je joue en N1 et l’évolution est vraiment flagrante. D’années en années le niveau s’améliore, le niveau d’exigence s’élève, il y a de plus de en plus de joueuses pro dans les effectifs. Je suis professeur  des écoles, j’ai demandé à travailler à mi-temps pour pouvoir m’investir plus dans le basket. Je sentais que j’avais besoin de consacrer encore plus de temps et d’énergie pour le basket.

Voiron est aussi une terre de 3×3 en France. Depuis peu, cette discipline est Olympique, que penses-tu de son émergence ? Est-ce une force pour le basket féminin ?

Le 3×3 gagne de l’ampleur chaque saison et c’est une bonne chose pour le basket de manière générale, il attire surement un autre public et davantage de médiatisation. Son entrée aux JO est logique et je pense que c’est une juste récompense pour tous les passionnés du 3×3 qui jouaient avant même que ça devienne si populaire. Chez les filles on a de vraies ambassadrices qui portent vraiment haut les couleurs françaises. Il y en a beaucoup mais je pense à Caroline Hériaud, Laetitia Guapo, Marie-Eve Paget et Migna Touré… Ça donne envie de les suivre, et de faire du 3×3 !

Tu es originaire de la banlieue lyonnaise, qu’est-ce que cela te procure de voir l’intérêt similaire de Tony Parker pour la section féminine que masculine ?

Pour commencer j’adore Tony Parker donc c’était vraiment un bonheur de le voir investir à Lyon 😀 Il est en train de construire quelque chose d’énorme et il a de grosses ambitions pour le basket féminin, donc c’est vraiment bien de pouvoir être « témoin » de cette évolution.

Selon toi, peut-on dire que le « règne » de Bourges est terminé avec l’arrivée de Tony Parker à la tête de Lyon LDLC féminin ?

Bourges domine depuis des années mais il y a quand même de plus en plus de clubs qui sont capables d’amener de la concurrence, et c’est encore plus plaisant à suivre. Encore une fois je pourrais en citer plein mais Landerneau qui bat Bourges sur un match de playoff, c’est beau. Malgré tout ce club a une histoire et il reste emblématique.

Mais j’avoue que si bientôt on parle du « règne » de Lyon j’en serai assez contente !

Pour finir, des questions un peu plus décalées :

Être sponsorisée par Nike ou médiatisée par Bein Sport ?

Médiatisé par Bein

Jouer en jupe pour être davantage médiatisé ou rester dans l’anonymat ?

Rester dans l’anonymat.

L’Équipe ou Or-jeu ?

Or-jeu, évidemment ! J’en profite pour te remercier pour cette interview et ces questions inédites pour moi. Ça fait du bien de réfléchir à notre sport de cette manière.

Merci à toi Laure d’avoir été la première à répondre à mes questions à travers Or-jeu. Vous connaissez maintenant un peu mieux son parcours, ses pensées ainsi que les joueuses qui l’inspirent. Comme quoi, la médiatisation est essentielle…

Et vous, que pensez-vous de la médiatisation du basket féminin ? N’hésitez pas à rebondir sur les propos émis afin d’enrichir le sujet.

Une question ? Contactez-nous !

2 Commentaires
  1. Bonjour et tout d’abord un grand bravo pour votre initiative.

    Créateur du site POSTUP il y a maintenant presque 15 ans, je désespérais un peu de voir que nous étions les seuls à aborder le basket féminin dans toutes ses composantes (nous allons jusqu’à la NF3).

    OR JEU est né et je lui souhaite d’autant plus longue vie que nous ne serons pas concurrents car, au contraire, nos approches sont complémentaires, et nos lecteurs peuvent avoir intérêt à nous lire tous les deux.

    L’important, c’est d’oeuvrer tous ensemble pour défendre ce sport auquel nous croyons, et qui est bien souvent maltraité par les médias traditionnels.

    Bon courage à vous,….et pourquoi pas au plaisir de collaborer à l’occasion !!

    1. Bonsoir,

      Merci pour ce bel hommage au basket féminin et merci pour les encouragements.
      Or-jeu va essayer d’être à la hauteur des acteurs de ce sport.

      Bonne continuation et pourquoi pas à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.